Hier au cinéma : Whatever Works

Whatever WorksCritique express : Woody Allen pas au mieux de sa forme. A éviter.

Avec whatever works, on retombe dans les vieux films de Woody Allen. Très peu d’image, beaucoup de paroles. Ca parle, ca parle, ca parle… Le film vu par un aveugle ne serait pas très différent. De plus, même si les thèses exposées sont intéressantes (notamment celle sur le permis d’avoir des enfants, il m’a volé l’idée, scandale !), au final les retournements de situations et les couples sont trop attendus. Cela discrédite un peu à mon sens cette espèce de vue cynique sur la vie qui est distillée tout au long du film. La philosophie finale du « carpe diem » est un peu facile quand on voit la chance des personnages. Bref, je ne suis clairement pas convaincu par le visionnage de ce film au cinéma.

Facebooktwitterreddittumblr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *