Surréalisme

Alors que je prenais une bretelle d’autoroute, voilà qu’une voiture roule lentement.
A peine du 80 km/h, alors que c’est limité à 90 km/h, et que les voitures roulent en général à 110 km/h, il y avait de quoi étonner (cf. ci-dessous). La curiosité aidant, je ne peux m’empêcher de jeter un coup d’oeil afin d’examiner la (vieille à priori) personne. Et là, surprise ! C’est une jeune fille (je suis sûr de ce fait) qui se rase la barbe au volant. Eh oui. Il en faut. D’ailleurs c’est très mal de se raser au volant.
Ce qui m’amène au second point. Lors d’une visite toute amicale aux grand magasins lors des soldes, il y a un peu plus d’une semaine, je surprend une femme, dans une boutique assez chic, avec des vêtements pour homme (son mari n’a vraisemblablement pas le temps de s’habiller). Jusque là rien de bien extraordinaire, sauf que la dite femelle s’adonne à une exploration de ses naseaux grâce à son doigt toute troglodytique. Manquant de vomir, je suis néanmoins témoin du reste de la scène. Dotée d’un charmant bambin, cette femme le tance vertement de courrir partout (parce que « cela ne se fait pas » – alors que l’exploration nasale, je veux dire c’est bien, ça se fait). L’enfant calmé, elle lui passe tout maternellement la main (la même bien sûr) dans les cheuveux. Ca c’est sport.

Facebooktwitterreddittumblr

2 commentaires

  1. C’était peut-être un travelo ? Un transexuel ? Un obèse des mamelles ?

  2. Moi, ce matin, la kiné me dit : installez votre portable sur mon bureau que je voie comment vous tapez.
    Et là, j’assiste terrifié à la sieste d’un coupe-ongles se vautrant dans des reliefs de repas de la veille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *